Le GN blues


Je débute / jeudi, octobre 31st, 2019

Tu t’y es préparé pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à ce jeu. Tu y as participé et tu as passé des moments formidables, inoubliables. C’était chouette, hein ? Mais maintenant…

Dis bonjour au GN blues !

~

Le GN blues survient quand tu as passé un tellement bon moment en jeu, tellement immersif, que le retour à la réalité est parfois difficile et brutal. Grosso modo, tu te sens hyper-triste et si tu t’écoutais (et que tu en avais la possibilité) tu reviendrais en arrière pour revivre ces moments.

La coupure avec la vie quotidienne a été tellement brutale que la reprendre est parfois ardu. Je ne dis pas que tu ne sauras plus accomplir des tâches de tous les jours, mais tu risques bien d’avoir l’esprit un peu occupé à revivre les temps forts du GN.

Parfois, ça arrive juste après le jeu, quand tu ranges tes affaires et que tu te prépares à reprendre la route. Tu peux commencer à te rendre compte que ça y est, c’est terminé ! Mais souvent, c’est le lendemain que ça arrive. Quand tu rentres chez toi, tu agis un peu sur le mode automatique car la fatigue rattrape souvent. Mais une fois que tu as l’esprit reposé, c’est là que ça te tombe dessus !

Peut-être que tu te demandes comment lutter contre ce fichu GN blues ? Je me demande une chose : est-ce qu’on doit absolument lutter ? C’est vrai que c’est un peu triste, mais c’est surtout tout doux. La nostalgie, quoi.

Après… Tu n’es certainement pas la seule personne à être en proie à cette nostalgie. Beaucoup de joueurs ressentent certainement la même chose : pourquoi ne pas en parler avec eux ? Aide-toi des réseaux sociaux pour retrouver ceux avec qui tu as joué et refaire, non pas le monde, mais le GN avec eux !

Et si tu veux vraiment le combattre… il ne te reste plus qu’à trouver un nouveau jeu auquel participer ! Mais ne te fais pas d’illusion, si ton jeu est bien, le GN blues reviendra, tu ne pourras pas y couper !

Un témoignage de GN blues

Le plus gros est sans doute celui vécu à la fin du 1er GN que j’ai scénarisé et organisé avec mon association.Une vraie déprime pour le coup avec envie de tout arrêter, même si le GN a été une réussite. Pendant 1 à 2 semaines, plus envie de rien, pas envie d’entendre parler de GN et encore moins d’organiser. Ça fait bizarre d’ailleurs d’y repenser avec le recul, tellement ça a été fort.
Le second, ça a été à la fin d’Un Brume de l’asso Clepsydre où j’ai rencontré des gens extra et joué sûrement le rôle le plus intense et complexe depuis que je fais du GN. Mais là, c’était une envie de retourner dans le monde, reprendre le rôle alors que je savais qu’hélas, les personnages que mon groupe jouaient ne seraient plus jouable par la suite. C’était donc plus de la nostalgie.

Alexandre Mignon

~

T’inquiète, ce n’est pas si mal, c’est de la nostalgie ! Et puis, c’est ce qui aide les plus beaux souvenirs à rester en mémoire !

C’est quoi pour toi, ton plus gros GN blues ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *